[Audiences] Commission d’enquête sur les relations Autochtones/Québec

Val d’Or.  La Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics au Québec : écoute, réconciliation et progrès souhaite obtenir une participation active de l’ensemble de la population, autochtone et allochtone, des organisations et des associations autochtones et des services publics dans le but de mener à terme ses travaux.

Afin d’y parvenir, l’équipe de la Commission tient à faciliter la compréhension de la démarche à suivre pour toute personne, organisation ou association manifestant le désir d’y contribuer.

Si vous êtes un individu qui souhaite témoigner à la Commission ou qui souhaite partager des informations:

il possible de nous rejoindre via notre site web dans la section communications confidentielles ou par téléphone via notre boîte vocale confidentielle au 1 844 580-0113 (sans frais).

Si vous êtes dirigeant d’une organisation ou d’une association qui souhaite partager des informations ou soumettre un mémoire:

il est également possible de le faire en communiquant avec nous via notre site web dans la section communications confidentielles ou par téléphone via notre boîte vocale confidentielle au 1 844 580-0113 (sans frais).

————-

Visionner les audiences

Calendrier des audiences – septembre 2017

Jeudi, 21 septembre

Marjolaine Sioui et Richard Gray, Commission de la santé et des services sociaux des Premières Nations du Québec et du Labrador (CSSSPNQL)

Vendredi, 22 septembre

Chef Lance Haymond et David Mclaren, Keboawek First Nation
Sébastien Grammond, Université d’Ottawa

Lundi, 25 septembre

Sheila Swasson et Carole Brazeau, Cercle national autochtone contre la violence familiale
Serge Bouchard, anthropologue

Mardi, 26 septembre

Serge Bouchard, anthropologue

Jeudi, 28 septembre
Grand chef Konrad Sioui et Me Kateri Vincent, Nation huronne-wendat
Eva Gunn et Elisapie Uitangak, Régie régionale de la santé et des services sociaux Nunavik (RRSSSN)
Annie Baron et Pascale Laneuville, Association des femmes inuites du Nunavik, Saturviit
Grand chef Joseph Tokwiro Norton, communauté de Kahnawake
Vendredi, 29 septembre

Chef Steeve Mathias, Long Point First Nation
Bella M. Petawabano et Daniel St-Amour, Conseil Cri de la santé et des services sociaux de la Baie-James
Béatrice Vaugrante et Karine Gentelet, Amnistie internationale pour le Canada francophone

[Colloque] Rendre visible l’itinérance au féminin (7-8 déc. 2017)

Membres du Comité de reconnaissance et co-chercheures de la recherche Rendre visible l’itinérance au féminin, nous sommes près de 20 femmes, qui avons vécu ou qui vivons encore une situation d’itinérance et nous vous convions au colloque qui vient clôturer deux années de travail collaboratif avec des chercheur(e)s universitaires – représentant huit régions du Québec – et des étudiants.

Les résultats de recherche régionaux et globaux seront présentés, ponctués de capsules théâtrales, d’activités ludiques et symboliques, toutes réalisées par nous…avec un coup de pouce ! Nous sommes des défricheuses et des tricoteuses et nous savons que le filet social est troué, alors nous vous proposons d’apprendre à tricoter serré !

Inscrivez-vous, c’est gratuit !

Au plaisir de vous y retrouver !

Les co-chercheures du Comité de reconnaissance.

 

Description

Le filet social est troué ? Les défricheuses vous apprennent à tricoter serré.

Quelle est la réalité féminine de l’itinérance à Montréal et dans les régions ? Quels sont les services développés à l’intention de ces femmes ? Comment faire mieux ? Quelques questions qui seront évoquées dans une ambiance conviviale, participative et créative.

7 décembre 2017

  • 14h00 – 17h00 : Incursion dans la réalité des femmes en situation d’itinérance
  • 17h00 : 5 à 7 festif !

8 décembre 2017

  • 9h00 – 12h00 : Ce qu’on fait :approches, services et intervention
  • 13h00-16h00 : Ce qu’il reste à faire : mot de la fin

Gratuit, c’est un rendez-vous !

S’inscrire en ligne

[Consultation] Profilages racial et social à la Ville de Montréal

Consultation publique sur la lutte au profilage racial et au profilage social

Lire le mémoire : Mettre fin aux profilages : une urgence démocratique. C.Bellot,  Observatoire sur les profilages, juin 2017.

Montréal. La Commission sur le développement social et la diversité montréalaise et la Commission sur la sécurité publique invitent conjointement la population à participer à une consultation publique sur la lutte au profilage racial et au profilage social.

Cette consultation permettra de rendre compte des actions posées par la Ville de Montréal, d’identifier les perspectives à envisager pour éliminer le profilage social et le profilage racial ainsi que la contribution de chacun pour atteindre cet objectif commun.

Cette démarche débutera par une présentation publique du Bilan général des actions de la Ville de Montréal pour lutter contre le profilage racial et le profilage social 2012-2016.

Les citoyens et les groupes qui désirent participer à la consultation peuvent présenter un mémoire ou une opinion à la Commission conjointe lors d’une des assemblées publiques prévues à cet effet.

Audition des mémoires et opinions

  • Mardi, 20 juin 2017, à 13 h à 16 h
  • Mercredi, 21 juin 2017, à 13 h à 17 h (si nécessaire)
  • Jeudi, 22 juin 2017, à 19 h à 22h (si nécessaire)

Les personnes qui désirent soumettre un mémoire ou une opinion lors des audiences publiques sont priées de s’inscrire avant le jeudi 1er juin, à 13 h en complétant le formulaire en ligne disponible sur le site des commissions ou en appelant au 514-872-3000.

Tous les mémoires devront parvenir au plus tard le 16 juin 2017, à 13h, à l’adresse suivante : commissions@ville.montreal.qc.ca.

Toutes les séances ont lieu à la Salle du conseil de l’hôtel de ville, 275, rue Notre-Dame Est, Métro Champ-de-Mars : http://www.stm.info

Les personnes à mobilité réduite accèdent à l’hôtel de ville par la porte du côté est (510, rue Gosford). La salle est équipée d’un système d’aide à l’audition.

[2016-10-01 – Lancement de livre] Au nom de la sécurité ! Criminalisation de la contestation et pathologisation des marges

Lancement de livre

Au nom de la sécurité! Criminalisation de la contestation et pathologisation des marges

Sous la direction de Diane Lamoureux et Francis Dupuis-Déri, publié chez M Éditeur

Quand? Mardi 1er novembre17h à 20h

Où? Brasserie artisanale L’Amère à boire, 2049 rue St-Denis, 3e étage (entre les rues Ontario et Sherbrooke), à Montréal

Surveillance électronique, restriction des libertés individuelles, arrestations préventives, certificats de sécurité, censures, restrictions du droit de manifester, lois spéciales, injonctions, profilages, stigmatisation de la « folie », nettoyage social, l’opposition au pouvoir est de plus en plus criminalisée et la différence « pathologisée » ; on repousse à la marge tout ce qui apparaît comme une menace : l’islam, les Autochtones, les pauvres et les personnes en souffrance psychologique.

Céline Bellot, Pascale Dufour, Paul Eid, Éric Gagnon, Dalie Giroulx, Marie-Hélène Hardy, Marcel Otero, Michel Parazelli, Martin Petitclerc, Martin Robert et Marie-Eve Sylvestre collaborent à cet ouvrage.

Colloque : Question sociale et citoyenneté

Qui ? L’événement est organisé par le Centre d’histoire des régulations sociales de l’UQÀM

Quand ? Du 31 août au 2 septembre 2016

Où ? À l’UQÀM, Salle DR 200, 1430 rue Saint-Denis, Montréal

Quoi ? Dix panels comprenant une trentaine de communications.

Voir le programme.

Ce colloque international, organisé par le Centre d’histoire des régulations sociales, visera à interroger les inégalités sociales sous l’angle de la citoyenneté. Davantage qu’un statut juridique conféré par l’État ou découlant d’un « contrat social », la citoyenneté apparaît, dans la recherche récente en histoire, comme l’objet et le résultat de luttes de pouvoirs, qui visent à définir « des membres compétents de la société ». Le concept de citoyenneté apparaît ainsi comme un puissant révélateur des inégalités et des luttes sociales qui traversent les sociétés contemporaines. Ce sont différents aspects de l’histoire de ces inégalités et de ces luttes qu’interrogeront les participants à notre colloque.

Afin de favoriser la multiplication des points de vue, nous avons opté pour la tenue d’une rencontre scientifique internationale et pluridisciplinaire (histoire, sociologie, criminologie, droit, géographie, sciences politiques). En dix panels comprenant une trentaine de communications, ce colloque réunira des chercheurs établis et émergents, provenant de six pays sur trois continents. Aux professeurs reconnus comme spécialistes de l’histoire de la question sociale se joindront ainsi huit doctorants et doctorantes.

Les communications se répartiront en trois sous-thèmes. Premièrement, nous analyserons comment des groupes historiquement marginalisés par les régimes de citoyenneté en Occident construisent leur identité, en tant que peuple, classe ouvrière, femmes, jeunes, immigrants et personnes mentalement ou physiquement handicapées. Deuxièmement, nous aborderons la construction de normes sociales, d’abord en matière de nouveaux rapports aux corps, puis de délinquance des jeunes et de criminalité des adultes. Troisièmement, nous discuterons de la citoyenneté dans l’histoire de la formation de l’État, à travers la reconnaissance politique du droit social au Québec, en France et en Colombie et de l’émergence de la « nouvelle question sociale ». Une table ronde viendra clore la seconde journée de colloque par une discussion sur les perspectives de la recherche en histoire de la question sociale.