[12/13 mai 2016] Colloque : Les dix années du premier rapport sur la judiciarisation des personnes itinérantes


Info-rapide529968_10150686555547808_1492285679_n

  • Quoi ? Colloque sur la judiciarisation des personnes itinérantes au sein de « Points de rencontre », le 84e congrès de l’ACFAS
  • Quand ? Du jeudi 12 mai  au vendredi 13 mai
  • Où ? UQÀM,Pavillon Hubert-Aquin, salle A-1825
  • En savoir plus : http://www.acfas.ca/evenements/congres/programme/84/400/493/c

Description

Depuis Foucault (1975), de nombreux auteurs ont démontré que le droit est utilisé comme instrument de régulation des problèmes sociaux (Wacquant, 2004; Beckett et Wesner, 2001). Les tribunaux prennent le relais d’autres systèmes sociaux (Richman, 2010) en intervenant auprès des personnes itinérantes, des militants politiques, des personnes souffrant d’un trouble de santé mentale, des personnes en situation de pauvreté, des immigrants, des étudiants, etc. (Sylvestre et al., 2010; Beckett et Herbert, 2010; Lemonde et al., 2014). Ces nouvelles configurations et distorsions du droit permettent une intervention ciblée et hautement contrôlante des comportements considérés indésirables.

C’est dans ce contexte qu’en 2005 la professeure Céline Bellot, avec la collaboration d’Isabelle Raffestin, Marie-Noëlle Royer et Véronique Noël, publiait un premier rapport sur la judiciarisation des personnes itinérantes à Montréal. Le rapport offrait, chiffres à l’appui, une démonstration claire de l’utilisation du droit pénal municipal comme puissant outil de gestion des personnes itinérantes dans l’espace public. En outre, ce rapport a permis d’interpeller autorités politiques et judiciaires afin d’engendrer des changements importants et nécessaires dans les pratiques (ex. : Rapport de la Commission des droits de la personne et de la jeunesse, 2009; Clinique Droits devant, PAJIC, etc.).

Dans cette effervescence théorique et pratique, un nombre important de chercheurs ont travaillé sur des problématiques similaires permettant de développer un véritable réseau de recherche au Québec. Ce colloque portera donc sur les suites et les effets dans la recherche découlant de la publication de ce premier rapport. Il permettra ainsi de s’interroger sur deux versants de la judiciarisation contemporaine, soit certaines formes de régulation et de pénalisation des problèmes sociaux, et des configurations nouvelles qui sont en émergence (nouvelles formes de justice hybride, contrôle spatial, etc.).

Jeudi 12 Mai 2016

13h30 : Mot de bienvenue 

13 h 30 : Dominique Bernier UQAM – Université du Québec à Montréal, Audrey-Anne Dumais Michaud UQAM – Université du Québec à Montréal, Sue-Ann MacDonald Université de Montréal

13 h 40 : Céline Bellot Université de Montréal, Conférence d’ouverture

14h00 : L’articulation du droit et de la santé

Présidence/animation : Sue-Ann MacDonald Université de Montréal

14 h 00 : Catherine CHESNAY, « Faire sa santé » en dedans : une question de responsabilité personnelle

14 h 30 : Pierre PARISEAU-LEGAULT, Dépossession, habitation, occupation : approche géopolitique des lieux d’expression affective en contexte de handicap intellectuel

15h00 : Pause

15 h 15 : Samuel LÉZÉ , Fabrice Fernandez Université Laval, Les économies morales à l’épreuve du terrain

15 h 45 : Dominique GAULIN, L’expériences des personnes composant avec un trouble de santé mentale au sein du système judiciaire : une réflexion autour des enjeux de contrôle

Vendredi 13 Mai 2016

9 h 30 : La prise en charge des « populations » vulnérables par le judiciaire

Présidence/animation : Dominique Bernier UQAM – Université du Québec à Montréal

9 h 30 : Fabrice FERNANDEZ , Samuel Lézé ENS, Lyon, Humaniser la prison? Le traitement carcéral des troubles mentaux

10 h 00 : Guillaume OUELLET , Olivier Corbin-Charland UQAM – Université du Québec à Montréal, La police à l’assaut des problèmes sociaux?

10 h 30 : Pause

10 h 45 : Audrey-Anne DUMAIS MICHAUD UQAM – Université du Québec à Montréal, Les usages du diagnostic dans un tribunal de santé mentale

11 h 15 : Emmanuelle BERNHEIM UQAM – Université du Québec à Montréal, La fabrique de la normalité : du flou du droit au contrôle social

11 h 45 : Dîner

13 h 15 : Le droit comme outil de régulation sociale

Présidence/animation : Céline Bellot Université de Montréal

13 h 15 : Marie-Eve SYLVESTRE Université d’Ottawa, Tactiques judiciaires de contrôle des espaces publics et personnes marginalisées à Montréal

13 h 45 : Joelle DUSSAULT, Régulation des pratiques politiques des populations marginalisées : une réflexion autour de la notion de répression juridique

14 h 15 : Francis VILLENEUVE, Le droit criminel dans la régulation de la manifestation : l’attroupement illégal et la préservation de la paix publique

14 h 45 : Pause

15 h 00 : Véronique FORTIN , Isabelle Raffestin Clinique Droits Devant, Le Programme d’accompagnement justice – itinérance à la cour (PAJIC) à Montréal : un legs du premier rapport sur la judiciarisation des personnes itinérantes?

15 h 30 : Dominique BERNIER UQAM – Université du Québec à Montréal, Quand la compassion va trop loin : quelle place pour la protection des droits individuels dans le contexte de la pénalisation des usagers de drogue ou d’alcool ?

16 h 00 : Mot de clôture

Sue-Ann MACDONALD Université de Montréal, Dominique BERNIER UQAM – Université du Québec à Montréal, Audrey-Anne DUMAIS MICHAUD UQAM – Université du Québec à Montréal

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s